À partir de la rentrée de septembre 2019, la Libre Association Freudienne consacrera encore ses travaux d’étude, de recherche et d’approfondissement, à ce que S. Freud a nommé « le transfert », concept dont l’implication dans la pratique de la cure, et la théorie analytique qui s’en élabore, est considérable au point d’en soulever de non moins considérables résistances ; ce qui a pu faire soutenir qu’il n’y a pas de transfert sans résistances, pas de résistances sans transfert.

Ne seront négligés ni les apports novateurs de M. Klein, S. Ferenczi, D. W. Winnicott, ni les innovations théoriques et techniques de J. Lacan ; ces données conceptuelles nous permettent d’ajuster notre savoir pour tenir compte des psychopathologies nouvelles. Le transfert sera traité à Paris, à Limoges, à Belfort, à Turin et Coni en Italie et à Pékin en Chine.

Les groupes engagés depuis longtemps concernant d’autres concepts, seront conduits jusqu’à leurs termes.

Ces travaux s’adressent aux cliniciens qui se penchent notamment sur la dialectique du transitivisme et du transfert, et à tous ceux que les difficultés que la psychanalyse rencontre de nos jours interrogent.

Gabriel BALBO – 12 avril 2019