Surgence 17

 

Mars 2019

Un rêve n’est pas qu’un voile dont il suffirait de lever un coin pour tout en savoir, car «tout rêve comporte au moins un endroit où il est insondable, une espèce de nombril qui le met en connexion avec ce qui n’est pas identifié ». Allons-nous en rester à cette note de Sigmund Freud, en nous prenant pour l’ombilic de Vénus, ou en attendant notre tour aux portes de l’Éternel, pour n’être par la grâce divine qu’objet d'amour, ou comme Antonin Artaud confiné dans les limbes ? N’existe-t-il donc que le nombril du désir, l’ombilic de son objet ?

Le savoir dont nous disposons depuis Freud nous offre bien des moyens de nous éclaircir sur les rêves, malgré la nuit des songes qui les enveloppe de ses bévues.

 

 

> Le sommaire de ce numéro

› Pour en savoir plus sur la revue Surgence