Institut Protestant de Théologie – 83, bd Arago - 75014 Paris 

À partir de 14h30, Salle 1 - Après-midi réservé aux membres et auditeurs libres de la Libre Association Freudienne.

Entrecroisements de lectures

La Libre Association Freudienne qui organise à Paris et ailleurs différents séminaires, prévoit une rencontre dans la capitale le 5 février 2023 (après-midi) afin d’analyser ensemble deux textes qui ont été étudiés par différents groupes. Il s’agit d’Inhibition, symptôme et angoisse de Sigmund Freud et du texte de Gabriel Balbo publié dans la Revue Surgence numéro 17 dont le titre est Désir de l’analysant transféré à l’analyste, qui en rêve la réalisation à sa place.

C’est une de nos exigences : comprendre en plus par entrecroisements de nos lectures outre le fait que Gabriel Balbo tenait plus que tout au développement horizontal du savoir des membres qui constituent cette association. Nous pouvons relire à ce propos le texte L’inventeur dont nous avons hérité, repérable dans les Textes fondateurs de la Libre Association Freudienne.

Jacques Lacan non plus ne pensait pas tout seul. Il s’appuyait sur la restitution de la lecture ou d’un résumé qu’avait préparé Jean Hyppolite pour la Verneinung (il s’y était attelé une nuit durant) ou sur le travail de Jean-Bertrand Pontalis en ce qui concerne le texte freudien sur le petit Hans.

Une restitution proposée par différents analystes, chaque fois différente, pourrait créer un point d’appui pour procéder ensuite, avec les libres associations, à un travail entrecroisé qui produira, j’en suis certaine, un après-coup d’une grande richesse. C’est aussi comme cela, avec la fluidité des échanges que l’on se rappelle et que se renforce un travail de groupe et un groupe d’analystes.

Marie-Jeanne THEVENET HIMBERLIN

(*) Mot choisi par Matthieu Dutour.

Le lieu, le programme et les horaires seront précisés ultérieurement.

L’acte manqué se reconnaît à son incoercible et insistante craquelure, apparemment si anodine mais dont le fracas laisse interdit, selon l’endroit ou l’envers d’où se regarde la chose.

Jacter sur le pas sage de l’acte manqué, voilà chose qui n’est pas sans rebuter quiconque s’en éprouve comme sonné et trahi.

Comme a pu le dire G. Balbo : « S’il vous est loisible d’être libre de ne pas vous occuper de l’inconscient, il vous faut malgré tout savoir que l’inconscient lui, saura très bien s’occuper de vous en temps voulu. » La pulsation de c’t inconscient se « tintera » du leitmotiv et de l’écho d’un charivari dont, par sa présence réelle, il est si rare qu’on arrive à rire, a contrario de l’orchestration d’un Witz.

Quelle ne fut pas la contrainte de Freud à désirer relever et ordonner, dans Psychopathologie de la vie quotidienne, ces méprises que l’hordinaire méprise pourtant à considérer comme digne d’intérêt et de sens. Quelle indécence…